Les ressources - production

Ce n’est pas tout d’avoir des réserves. Pour pouvoir profiter des ressources naturelles dont son pays dispose, il faut les exploiter.

Exploiter les ressources basiques

Pour exploiter les réserves de ressources basiques présentes sur ses territoires, il est nécessaire de construire des infrastructures d’exploitation sur ces territoires disposant de réserves, ainsi que des infrastructures de stockage adéquates sur le même territoire que l'exploitation, pour entreposer la production.

Exploitation et stock
En ce qui concerne les ressources renouvelables, on ne peut pas exploiter l’entièreté des réserves présentes sur un territoire. Les chiffres indiqués sur la page du territoire sont les réserves maximales pour la saison en cours, si vous attribuez la totalité de la surface cultivable du territoire à la ressource en question. C'est à vous de déterminer à chaque trimestre la répartition idéale de la surface cultivable entre chaque type de ressource renouvelable présente (en % de la surface totale), en fonction de divers critères.

Surface agricole répartition
Prenons par exemple les réserves suivantes sur un territoire donné : arachide 20, cacao 40, café 40, sucre 60. Si vous décidez de répartir votre surface cultivable en 4 parts égales, soit 25% pour chaque ressource, vous produirez alors 5 unités d’arachide, 10 de cacao, 10 de café et 15 de sucre. Mais vous pouvez aussi utiliser toute votre surface cultivable (les 100%) sur une seule ressource, le sucre par exemple, dont vous pourrez ainsi produire 60 unités. Ou alors remplacer ça par 20 unités d’arachide, ce qui paraît a priori moins intéressant. C’est à vous de voir ce qui vous semble le plus judicieux, en fonction de vos réserves, de vos besoins, mais aussi des prix sur le marché, si vous comptez vendre les ressources telles quelles, ou en les ayant transformées. Cette répartition de la surface cultivable se fait à partir de la page de chaque territoire. Elle peut être changée au maximum 1 seule fois par tour pour chaque territoire.

En fonction de la taille des réserves sur le territoire, vous pouvez construire des infrastructures d’exploitation de taille normale ou de taille industrielle. Par exemple, si vous comptez exploiter une réserve de 10 unités de sucre sur un territoire, une exploitation normale de sucre suffira (elle est prévue pour 10 unités). Peut-être sera-t-il judicieux d’en placer une deuxième si vous voyez que durant certaines saisons, la réserve dépasse 10 unités. Mais dans ce cas-ci, la construction d’une exploitation industrielle n’est pas recommandée : ce serait de l’argent perdu car elle ne tournerait pas à plein régime (elle est prévue pour 50 unités). Si en revanche, vous avez des réserves à exploiter qui se comptent en centaines d’unités, ce serait dommage de ne pas construire suffisamment d’infrastructures pour les exploiter entièrement. N’oubliez pas d’éventuellement construire plusieurs stocks, si nécessaire. Pour les ressources non renouvelables, le nombre et la taille des exploitations dépend du rythme auquel vous comptez épuiser vos réserves. Si vous avez des réserves énormes, mieux vaut probablement avoir plusieurs exploitations sur le même territoire. La capacité des exploitations varie pour les ressources non renouvelables suivant le type de ressource.

On ne peut pas construire d’exploitation d’une ressource basique sur un territoire qui ne permet pas d’en produire. Mais on peut construire des stocks de toutes sortes (en prévision d’achats futurs).

Certaines ressources alimentaires basiques (arachide, cacao, sucre) sont périssables, dans le sens où une petite portion (1%, avec un minimum de 1 unité par tour) des quantités disponibles disparaît des stocks à chaque tour. Si vous avez acheté par exemple 10 unités de cacao et que vous n’en faites rien, préférant les garder pour plus tard, en revenant 3 tours après, vous n’en aurez plus que 7 en stock (il en resterait 97 si vous en aviez 100 au départ). Cette disparition progressive s’applique déjà au moment de la production : celle-ci sera toujours un petit peu moins importante que prévu à cause de ces unités qui disparaissent à la marge.

Lors de l’occupation d’un territoire ennemi, vous pouvez produire des ressources sur ce territoire comme si c’était l’un des vôtres. Vous ne pouvez cependant pas changer la répartition de la surface cultivable entre les ressources renouvelables : cela ne sera possible que si vous annexez le territoire. Vous pouvez en revanche construire des infrastructures de production et de stockage.

Lorsque vous avez construit votre exploitation et le stock correspondant sur un territoire donné, vous pouvez aller sur la page Production et régler le niveau de production de cette ressource. Au passage du tour, et pour autant que votre exploitation et votre stock soient toujours en place (on sait jamais…), les unités produites iront se mettre dans le stock (s’il n’est pas déjà plein). Elles pourront alors servir à couvrir les besoins du pays au passage de tour suivant, éventuellement à être transformées, ou bien à être vendues telles quelles sur le marché mondial.

Production ressources
La production de ressources a bien sûr un coût : le coût initial de l’exploitation, le coût d’entretien trimestriel de l’exploitation, mais également un coût par unité produite. Ce coût unitaire varie suivant le type de ressource : il représente 10% du cours de base de ladite ressource, arrondi à l’unité supérieure. Ca peut varier entre 3 et 40 K€ par unité. Par exemple, le cours de base du riz est de 25 K€, son coût de production unitaire sera de 3 K€ (2,5 arrondi à 3). Autre exemple : le cours de base du matériel informatique est de 400 K€, son coût de production sera donc de 40 K€ par unité.

Tous les coûts liés à la production (et au stockage) de ressources, exprimés ici en €, sont en fait payés en monnaie nationale lorsqu'il y en a une, tandis que les échanges sur le marché mondial se font en €. Les pays gros producteurs et exportateurs de ressources peuvent avoir intérêt à mettre en place une monnaie nationale, et faire en sorte qu'elle soit plus faible que l'€. A l'inverse, des pays qui sont principalement importateurs de ressources peuvent éventuellement tirer profit d'une monnaie nationale forte.

A côté des coûts de production, il y a aussi les coûts de stockage, qui sont moindres que les coûts de production, mais quand même pas à négliger. Ils sont également variables suivant le type de ressource : entre 0,25 et 8 K€ par unité et par trimestre. Si vous accumulez des ressources, ces coûts peuvent vite monter. Le coût de stockage est calculé de la façon suivante : il représente 1% du cours de base pour les ressources renouvelables et leurs dérivés, et 2% du cours de base pour les ressources non renouvelables et leurs dérivés. A noter que pour les produits transformés qu’il est possible d’obtenir de plusieurs manières et au moins partiellement au moyen de ressources renouvelables, comme par exemple le carburant ou les matières plastiques, aucune différence n’est faite pour le coût de stockage : celui-ci sera de 2% du cours de base, peu importe les ingrédients.

Si vous souhaitez déplacer des unités de ressources d’un territoire à un autre à l'intérieur de votre pays, cela est possible si vous avez des stocks de la ressource en question sur ces territoires, mais moyennant un coût de transfert de 1 K€ par unité déplacée, et uniquement entre des territoires adjacents (pas directement entre deux stocks d’un même territoire). Le déplacement de ressources est instantané, pas besoin d’attendre le passage du tour.

Les infrastructures de production, même si elles ont un coût, rapportent des recettes d’impôts à l’Etat, proportionnellement à l'utilisation effective de la capacité de production des infrastructures construites. Les stocks ne rapportent pas d’impôts.

Si des infrastructures de production de ressources non renouvelables (basiques ou transformées) sont à l’arrêt, cela provoque des mouvements sociaux, qui font perdre des points politiques (au passage du tour), jusqu’à 4 points par infrastructure qui ne produit rien. Si vous avez ce genre d’infrastructures à l’abandon, vous pouvez les détruire, ça vous évitera de perdre des points politiques bêtement (ils sont parfois si difficiles à gagner…). Si vous ne savez pas comment procéder pour une destruction, rendez-vous sur la page Infrastructures (tout en bas).


Mouvements sociaux

Si vous avez plusieurs infrastructures de production ou de transformation du même type sur un territoire, et que vous ne réglez pas leur production suffisamment haut, certaines d’entre elles pourront être considérées comme étant à l’arrêt, et engendrer des manifestations. Si vous avez par exemple deux mines qui permettent une production trimestrielle totale de 100 unités (2 x 50 unités), il faudra régler la production au minimum sur 51 unités pour ne pas avoir de manifestation des ouvriers. Si vous la réglez sur 50 ou moins, une des deux mines sera considérée inactive. Si vous réglez la production sur 0, alors vous aurez 2 manifestations sur le territoire.

Produire des ressources transformées

Les ressources transformées sont produites par des infrastructures de transformation et à partir de matières premières qui sont des ressources basiques. Mais il n’est pas nécessaire d’être producteur des ressources basiques requises par telle ressource transformée pour vous lancer dans sa transformation : vous pouvez acquérir les matières premières sur les marchés internationaux. Pour consulter la liste et le détail des industries dans lesquelles vous pouvez potentiellement vous lancer, il suffit d’aller dans la documentation : Politique intérieure > Infrastructures > Indus.

Infra de transformation

Toutes ces industries de transformation ne sont pas forcément rentables, et sont beaucoup plus sujettes aux fluctuations du marché si vous n’êtes pas vous-même producteur des matières premières qui entrent dans la composition du produit fini.

Une fois que vous avez vos infrastructures industrielles de transformation, le réglage de la production de ressources transformées se fait sur la page Industries. Comme pour la production de ressources basiques, il vous faut avoir au préalable suffisamment de réserves pour votre niveau de production. Mais ici, ce ne sont plus des réserves présentes dans la nature : ce sont des réserves de matières premières présentes dans les stocks. Si vous produisez un même type de ressource transformée sur plusieurs territoires, vous ne devez pas obligatoirement avoir un stock de matières premières correspondant sur chaque territoire, ni même un stock de produits finis sur chaque territoire (contrairement à la production de ressources basiques). Il suffit que vous en ayez au moins un quelque part dans le pays, et qu’il ne soit pas encore rempli (ou vide s'il s'agit des matières premières).

A noter que si vous produisez vous-même certaines matières premières qui entrent dans la fabrication de produits transformés, et que vous produisez vous-même ces produits transformés, il n’est pas forcément nécessaire de constituer une réserve préalable de cette matière première dans vos stocks : la matière première produite dans le pays est transformée immédiatement, le cas échéant. Après le passage du tour, il ne vous restera en stock que ce qui n’a pas été utilisé par votre industrie de transformation.

Prenons un exemple pour illustrer cela : vous avez 3 exploitations industrielles d’arachide auxquelles vous donnez l’ordre de produire le maximum d’arachide possible (3 x 50 = 150 unités au total), 0 unités d’arachide actuellement dans vos stocks d’arachide, 4 usines de transformation d’arachide en huile, usines auxquelles vous donnez l’ordre de produire le maximum d’huile possible (4 x 25 = 100 unités au total), ainsi que 0 unités d’huile actuellement dans vos stocks d’huile. Eh bien, après le passage du tour, vous aurez dans vos stocks 100 unités d’huile et 49 unités d’arachide (1 unité aura disparu car l'arachide est une denrée périssable).

Comme déjà indiqué précédemment pour l'exploitation de ressources basiques non renouvelables, la mise à l'arrêt des infrastructures de production de ressources transformées non renouvelables génère des mouvements sociaux (il est possible que ça touche l'ensemble des infrastructures de production de ressources transformées, y compris celles basées sur des ressources renouvelables, mais ça reste à confirmer). Voir ci-dessus pour plus de détails.

Ici aussi, les infrastructures de production qui fonctionnement rapportent des recettes d’impôts à l’Etat, contrairement aux stocks.

Produire de l'électricité

On peut produire soit de l’électricité « verte », à partir de barrages et d’éoliennes, soit de l’électricité ordinaire, via des centrales, à partir de gaz, charbon, pétrole ou uranium.

Les barrages et les éoliennes ne peuvent cependant être construits qu’en nombre limité (maximum 1 barrage et 5 éoliennes) sur chaque territoire, et ont une production modeste, tandis que les centrales peuvent être construites en grand nombre (maximum 6 de chaque type sur un même territoire), et ont une production potentielle beaucoup plus importante.

Les centrales à combustibles fossiles ne rapportent en principe pas de points économiques, contrairement aux barrages et aux éoliennes. Une exception est faite pour les centrales nucléaires, qui rapportent des points, mais seulement à concurrence d’une seule centrale du même type par territoire.

Energie verte
Les barrages et les éoliennes produisent à chaque tour automatiquement leur quota d’électricité, sans aucun apport d’une quelconque ressource. Pour les centrales, en revanche, on peut régler le niveau de production d’électricité (à partir de la page Energie) en fonction des besoins en électricité.

Production électricité

Les ajustements de production d’électricité peuvent être faits dès qu’un pic de consommation est constaté, et sans devoir attendre un tour supplémentaire pour avoir une couverture totale des besoins.

Les ressources nécessaires aux centrales peuvent être stockées n’importe où dans le pays : il n’est pas nécessaire d’avoir un stock sur chaque territoire où se trouve une centrale. Par contre, les besoins en électricité doivent être satisfaits pour chaque territoire individuellement : on ne peut pas automatiquement produire avec une seule centrale de l’électricité pour tous les territoires du pays.

Cependant, l’électricité produite sur un territoire peut être transférée/vendue aux territoires adjacents, et ce dans les limites de sa durée de conservation, à savoir un tour (elle est transférée au passage du tour qui suit sa production). On peut ainsi conclure des contrats de vente d’électricité sur une certaine période, entre des territoires adjacents d’un même pays, voire même de pays différents.

Il n’y a pas à proprement parler de stock d’électricité. Ce sont les infrastructures de production d’électricité qui font office de stock, mais on ne peut pas faire de réserves d’électricité pour plusieurs trimestres. On peut, en revanche, faire des réserves de combustibles (gaz, charbon...).

Le choix du type de centrale pour produire votre électricité a son importance. Le coût de ces centrales et leur capacité de production est variable selon les types. Il faut aussi prendre en considération le prix et la disponibilité de la ressource nécessaire à vos centrales. Si votre pays produit du charbon, autant investir dans des centrales au charbon : au moins vous êtes sûr de disposer des quantités souhaitées, et à un prix très intéressant (le prix de production).

Centrales électriques

Si vous n’êtes pas producteur d’une de ces ressources transformables en électricité, vous pouvez avoir intérêt à changer de type de centrale au fil du temps, ou a diversifier vos centrales. La conclusion d’accords avec les fournisseurs de combustibles est aussi une solution.

Les baisses de production d'électricité dans les divers types de centrales ne génèrent pas de mouvements sociaux.

Sur les territoires occupés, le pays occupant a la possibilité de construire des centrales (ainsi que des stocks de combustibles) s’il l’estime nécessaire, car il doit gérer les besoins en électricité de ces territoires.

Production par les PNJ

Les PNJ peuvent produire des ressources basiques de toutes sortes, en fonction des réserves dont ils disposent.

Pour ce qui est des ressources transformées, ils se limitent à celles basées sur des ressources renouvelables.

Et ils ne produisent pas d'électricité.

On parle ici des PNJ qui le sont par défaut. Il est toutefois possible qu'un PJ devienne PNJ au bout d'un certain temps, et que ses capacités de production de ressources transformées et d'électricité ne correspondent alors pas tout à fait au profil-type du PNJ. Mais, à supposer qu'une fois redevenu PNJ, le pays continue sur sa lancée, ces types de production ont a priori vocation à s'arrêter assez vite, ne fût-ce que par épuisement des stocks de matières premières non renouvelables et de combustibles.

Les ressources

  1. Généralités
  2. Où les trouver ?
  3. Production
  4. Couverture des besoins
  5. Achat et vente

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Attendez-vous GnooDiplo ?

58 aiment, 12 pas.
Note moyenne : (71 évaluations | 4 critiques)
7,7 / 10 - Très prometteur

52 joliens y jouent, 75 y ont joué.