Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Les ressources - achat et vente


Cet article a été initialement rédigé par Melchior2007
et mis à jour le 15 juin 2013 à 19:40

Tous ceux qui souhaitent vendre leur production ou se procurer des denrées qu’ils ne peuvent pas produire eux-mêmes doivent passer par le marché international des ressources, qui est devenu un ensemble de marchés locaux depuis la V9 (voir les explications en bas de cette page). Celui-ci fonctionne suivant deux mécanismes. Le premier c’est ce qu’on pourrait appeler le marché « normal » : les vendeurs proposent leurs marchandises à un certain prix, et les acheteurs potentiels décident en fonction de ce prix si ça vaut le coup d’acheter. On peut acheter les lots entiers ou bien seulement le nombre d’unités qui nous intéresse. Il suffit de cliquer sur le nom des pays vendeurs et de décider de la quantité et du territoire sur lequel elle sera stockée (pour autant qu’un stock y soit construit).

Marché ressources
Le deuxième mécanisme dont disposent les acheteurs c’est les ordres d’achat : ils peuvent décider de s’engager à acheter une certaine quantité à un certain prix, qu’ils choisissent eux-mêmes. A ce moment-là, ce sont les vendeurs qui considèrent ces offres et décident s’il est intéressant pour eux de vendre à ce prix. Ils peuvent même vendre à un prix moindre s’ils le souhaitent. Et ils vendent la quantité qu’ils souhaitent également. Si le pays demandeur n’a pas épuisé tout son budget du tour.

Ordres d'achat
Le système des offres d’achat a été mis en place pour favoriser la collaboration entre pays producteurs et consommateurs. En effet, sur le marché normal, n’importe qui peut acheter les ressources, et il peut y avoir des pénuries en certaines occasions. Si deux pays s’entendent sur des échanges de ressources, et que l’un d’eux met des ressources sur le marché à destination de l’autre, il se peut qu’un pays tiers court-circuite l’échange en achetant ces ressources. Les deux pays partenaires peuvent éventuellement convenir d’un moment où ils sont présents tous deux sur le marché, mais ce n’est pas toujours évident à trouver, et le risque d’interférence n’est jamais nul. En ayant recours à l’offre d’achat, le pays acheteur est plus rassuré, puisqu’il sait que le pays vendeur avec lequel il s’est entendu va répondre à son offre (s’il n’a pas oublié). Il se peut même que d’autres pays vendeurs répondent à l’offre d’achat.

Les échanges de ressources n’ont pas lieu à n’importe quel prix. Il y a tout d’abord ce qu’on appelle le prix du marché, qui est déterminé par le prix moyen auquel s’est échangée telle ressource au cours d’un passé récent, à savoir le trimestre en cours (voir peut-être aussi le trimestre précédent). Il n’est donc pas fixe durant le tour. Ce prix du marché sert notamment à déterminer le prix maximum auquel peut s’échanger une ressource : ce prix maximum est le double du prix du marché. Il n’est donc pas fixe non plus. Le prix du marché servait également aux PNJ précédemment, puisqu’ils mettaient leurs ressources sur le marché aux alentours de ce prix-là, mais dans le courant de la V8, ça a changé, et les PNJ ajustent désormais leurs prix de vente à ceux réellement pratiqués sur le marché au moment où ils mettent leurs lots en vente, prix qui peuvent être supérieurs ou inférieurs au prix du marché (qui, pour rappel, est une moyenne).

Prix PNJ
Il n’y a pas de prix minimum. Vous pouvez vendre vos ressources même à 1 K€ l’unité. Auparavant il y avait une limite inférieure, qui était fixée à 10% du prix du marché, mais ce n’est plus d’actualité.

Attention quand même, en tant que producteur, vous n’avez financièrement pas intérêt à vendre à un prix très bas, même si vous vous êtes entendus sur des échanges avec un autre pays. N’oubliez pas que toutes les transactions ont un effet sur le prix du marché, et que si vous vendez trop bas, vous allez tirer ce prix du marché vers le bas, ce qui vous sera préjudiciable. De plus, vous allez inciter d’autres vendeurs à pratiquer également un prix plus bas (notamment les PNJ), ce qui peut amplifier le phénomène.

Il existe la possibilité de vendre (ou d’acheter) des ressources à des tarifs préférentiels. Cela permet au pays vendeur d’avoir un tarif de base pour tout le monde et un tarif particulier pour certains de ses acheteurs, et cela tout en mettant un seul lot sur le marché, au tarif de base. Et ces tarifs préférentiels peuvent être changés à tout moment, individuellement ou collectivement (par ressource ou par pays). Les pays qui ne bénéficient pas de ce tarif préférentiel ne le voient pas sur leur page du Marché. Ils peuvent cependant savoir si un tarif préférentiel est accordé à tel ou tel pays, en analysant les échanges de ressources qui ont eu lieu précédemment, dans les archives des actions. Attention aussi que les tarifs préférentiels peuvent être plus élevés que le tarif de base. S’il y a un tarif préférentiel chez un vendeur, c’est toujours le tarif préférentiel qui s’applique, pas le tarif de base.

Si vous avez déjà mis en vente sur le marché un lot d’une ressource donnée, les unités que vous allez rajouter à la vente le seront au même prix. Il n’y a pas de moyenne qui est faite entre le prix des nouvelles unités et celui des anciennes. Si vous voulez changer le prix de toutes ces unités que vous souhaitez vendre, il faut d’abord enlever le lot qui se trouve sur le marché (ou mettre en place un tarif préférentiel). Il est cependant possible de faire exception à cette règle depuis l’instauration des marchés locaux (mise en place depuis la V9), en plaçant le lot supplémentaire sur un marché local différent du lot initial, et avec un prix inférieur à celui du lot initial (sinon le même prix sera appliqué).

Depuis la V8, les vendeurs se voyaient d’office taxer de 1 K€ par unité mise en vente, et cela dans le but de freiner la spéculation sur les marchés. Depuis l’instauration des marchés locaux, au cours de la V9, une taxe s’applique sur chaque unité mise en vente, et cette taxe n’est pas forcément de 1 K€ : elle dépend de ce qu’a décidé le propriétaire du marché. Elle peut être exprimée en K€ ou en % du prix de vente. Elle est en tout cas au minimum de 1 K€, même si elle est affichée par exemple à 0%. Il y a également une deuxième taxe mise en place, qui est prélevée au moment où les ressources sont réellement vendues : c’est la taxe par unité vendue. Le propriétaire du marché ne l’empoche donc que s’il y a réellement une vente. Le principe de cette deuxième taxe est le même que pour celle de mise en vente : minimum 1 K€ par unité vendue, mais ça peut être plus.

Attention en ce qui concerne la taxe par unité vendue : au moment de la mise en vente, le vendeur définit le prix de vente hors taxe, et doit calculer lui-même ce que sera le prix taxe comprise tel qu’il s’affichera sur le marché qu’il a choisi. Ce n’est pas tellement pratique, et une simplification serait souhaitable.

En passant par le système des ordres d’achat, les vendeurs ne paient que la taxe par unité vendue, et pas la taxe de mise en vente. Les acheteurs, même via les ordres d’achat, ne paient jamais de taxes sur les unités achetées.

Les unités achetées doivent pouvoir être stockées. Prévoyez donc des stocks en suffisance pour chaque type de ressource. Pour les achats, peu importe le territoire où se trouve votre stock, du moment qu’il y en a un avec suffisamment de place. Si vous avez des stocks sur plusieurs territoires, vous pouvez choisir sur lequel les unités seront stockées. Attention, si le lot que vous comptez acheter est plus important que la place restante dans votre stock, les unités excédentaires seront payées mais perdues.

Lors de l’occupation d’un territoire ennemi, vous avez la capacité de vendre ce qui se trouve dans les stocks de ce territoire (et que vous avez éventuellement produit vous-même). Vous pouvez aussi les remplir, bien sûr.

Les PNJ achètent et vendent uniquement sur le marché normal, pas via les offres d’achat (sauf éventuellement si c’est un ancien PJ qui achetait via des offres d’achat renouvelées automatiquement). Comme dit plus haut, ils vendent plus ou moins au prix pratiqué par les vendeurs au moment où ils mettent leur lot en vente sur le marché, et non plus au prix du marché (qui reflète la moyenne des transactions récentes). Pour ce qui est des achats, cela dépendait précédemment de la diplomatie bilatérale que le pays vendeur avait avec eux. Mais cela dépend désormais aussi du prix. Ils préfèrent en effet les prix plus bas. Cela dit, la diplomatie joue encore un rôle, ils n’achètent pas forcément aux prix le plus bas parmi ceux disponibles. En tout cas, ils n’achètent pas si le prix de vente est trop élevé par rapport au cours de base de la ressource. Ce cours de base est visible en allant sur la page des Cours mondiaux. C’est un cours prédéfini qui n’évolue jamais. C’est une sorte de balise pour les PNJ. Ils n’achètent pas non plus si le prix de vente est trop élevé par rapport au prix du marché. Les achats des PNJ peuvent avoir lieu à n’importe quel moment du tour, et à plusieurs reprises. Même chose pour leurs ventes. A noter que les PNJ n’achètent pas de combustibles (pétrole, gaz, etc…).

L’achat et la vente de ressources sont conditionnés au fait que votre pays ne soit pas sous le coup de motions unilatérales. En effet, si des pays vous imposent un embargo économique, vous ne pouvez pas leur acheter de ressources. Et si c’est un boycott, ça veut dire qu’ils refusent de vous acheter des ressources, et ça revient au même que si vous leur imposiez un embargo économique, sauf que là c’est vous qui prendriez la décision de ne pas leur vendre. Mais vous pouvez tout aussi bien ne pas acheter de ressources à un pays sans le boycotter formellement, car les motions unilatérales ont un impact négatif sur le commerce extérieur des deux pays.

Boycott unilatéral
Si ce genre de motion est adopté à votre encontre par l’ONU, c’est assez fâcheux, car en cas de boycott, vous ne pourrez plus mettre votre production sur le marché (ni répondre à des offres d’achat). Un boycott onusien dure 6 tours et ne peut pas être levé avant son terme. Il n’existe en revanche pas de motion onusienne équivalente à l’embargo économique. Vous pourrez donc toujours, en principe, acheter des ressources sur le marché, excepté si tous les pays du monde vous imposent un embargo économique unilatéral, mais la probabilité que ça arrive est quand même assez faible.

Attention, depuis l’instauration des marchés locaux, en début de V9, le propriétaire d’un marché local peut bloquer l’accès à son marché aux pays qu’il souhaite. La liste des pays non autorisés est visible de tous. Les pays visés par cette mesure peuvent alors se tourner vers d’autres marchés locaux de la même ressource pour écouler leurs stocks, mais ils peuvent là aussi essuyer un refus. Et étant donné ce que coûtent ces marchés locaux à leurs propriétaires, cela induit une certaine concurrence entre eux, qui peut évincer les marchés les moins actifs et réduire leur nombre et dès lors le nombre d’alternatives pour les vendeurs indésirables.

Si vous êtes en guerre déclarée contre un pays, les échanges de ressources avec ce pays sont impossibles, peu importe si vous avez ou non mis en place des mesures unilatérales.

Le marché des ressources n’est normalement pas accessible après 20h le jour du passage de tour, mais est à nouveau ouvert directement après le passage du tour (autrefois, il fallait attendre jusqu’au lendemain matin). Pendant que le marché est inaccessible, vous ne pouvez rien mettre en vente, ni retirer de la vente. Au passage du tour, tout ce qui restait en vente est retiré du marché. De même, les offres d’achat qui n’ont pas trouvé de vendeur sont effacées, à moins que l’acheteur ait coché la case ou les cases désirées dans la colonne « Renouveler », auquel cas ces offres d’achat sont (normalement) automatiquement renouvelées au début du tour suivant, aux mêmes conditions (même prix et même quantité). Il semble que les offres d’achat des PJ ne sont plus renouvelées deux tours de suite. Il faut donc les redéfinir tous les deux tours si c’est votre manière habituelle d’acquérir des ressources.

On peut annuler une mise en vente de ressources en allant sur le marché et en cliquant sur « Retirer de la vente ». La taxe de mise en vente précédemment payée n’est bien sûr pas récupérée. On peut aussi annuler une offre d’achat en allant dans le menu des « Ordres d’achat » et en mettant simplement un 0 à la place de la quantité voulue (et en validant à nouveau l’ordre d’achat). Les acheteurs ne paient pas pour leurs offres d’achat.

En début de V9, le marché international des ressources s’est transformé en un ensemble de marchés locaux. Auparavant, il y avait des vendeurs et des acheteurs, à présent il y a aussi des propriétaires de marchés locaux. On va voir ce que ça implique pour chacun des acteurs, sur le marché dit « normal ».

  • Propriétaires des marchés locaux : sans eux, aucune transaction sur le marché n’est possible. Pour qu’une ressource puisse être vendue sur le marché, il faut qu’au moins un marché local existe. Donc il faut qu’un pays au moins crée un marché local, en spécifiant principalement les ressources qui pourront y être échangées et les taxes appliquées sur les échanges. Mais la création du marché a un coût initial et un coût d’entretien par tour, et ces coûts augmentent avec la taille du pays, avec le nombre de ressources échangeables sur le marché et aussi si ces ressources ne sont pas produites par le pays qui crée le marché. Cela avantage donc clairement les petits pays qui créent un marché pour une ressource qu’ils produisent eux-mêmes. Toutefois, la production interne de ressources transformées ne fait pas baisser le coût de création des marchés respectifs. Une fois que le marché est créé, le propriétaire va percevoir un pourcentage sur chaque lot mis en vente sur son marché (au moment de la mise en vente), et aussi sur les ventes réelles (au moment de la vente), grâce aux taxes qu’il a décidées (limitées à maximum 24% chacune, et qui sont modifiables 1 fois par tour, et dans une fourchette restreinte, entre -2% et +2% par rapport au pourcentage en cours). Plus on vend cette ressource sur son marché local, plus il va encaisser d’argent. Les recettes des taxes sur ses marchés sont visibles dans le budget du pays (c’est le total du tour précédent qui est affiché, pas de celui en cours). Il peut bien sûr subir la concurrence d’autres marchés locaux de cette même ressource, qui offrent éventuellement des taxes plus basses. Les marchés locaux sur lesquels il n’y a pas suffisamment d’unités échangées peuvent se retrouver en déficit, si leurs recettes trimestrielles ne couvrent pas le coût d’entretien trimestriel de leur marché. La fermeture d’un marché a également un coût, sur le même principe que l’ouverture (et qui équivaut normalement à la moitié du coût d’ouverture). Si un pays se fait envahir, les marchés qu’il avait ouverts disparaissent avec lui, mais ils seront de nouveau accessibles si le pays est libéré. Les PNJ n’ouvrent pas de marchés, ils ne peuvent être propriétaires de marchés que s’ils étaient PJ auparavant. Pour voir le détail des marchés existants ou pour créer un marché, il suffit de se rendre sur la page Marchés. Le propriétaire du marché peut décider de rendre celui-ci privé et ne permettre le négoce sur son marché qu’aux pays de son choix. Il y a cependant alors un malus en diplomatie bilatérale entre le propriétaire du marché privé et les pays qui n’y ont pas accès.
  • Vendeurs : ils doivent pouvoir disposer d’au moins un marché local de la ressource qu’ils souhaitent écouler. Et il ne faut pas que le propriétaire du marché local leur ait bloqué l’accès à ce marché. Au moment de mettre leur lot en vente, ils doivent choisir un marché local dans la liste qui leur est proposée, parmi les marchés existants qui leur sont accessibles. Ces marchés peuvent pratiquer des tarifs différents, qui peuvent les rendre plus ou moins attrayants. Il est possible que la diplomatie du propriétaire du marché joue également sur les ventes liées aux PNJ. Les vendeurs peuvent aussi vendre sur tel ou tel marché s’ils veulent (dé)favoriser tel ou tel propriétaire de marché, car c’est ce propriétaire qui va encaisser les taxes sur la mise en vente et sur les unités vendues. Au moment où le vendeur valide sa mise en vente d’un ou plusieurs lots de ressources, la taxe de mise en vente va directement dans la poche du propriétaire du marché. Le prix de vente hors taxe ne sera empoché par le vendeur que s’il y a des acheteurs. Le vendeur doit calculer lui-même ce que sera le prix de vente taxe comprise (ici, la taxe sur la vente elle-même) car c’est le prix de vente hors taxe qu’il définit lors de la mise en vente. S’il veut ajuster son prix par rapport à la concurrence, il doit réfléchir à l’envers, en partant du prix taxe comprise qu’il souhaite appliquer, pour arriver à un prix hors taxe qu’il doit définir pour la mise en vente. Ce serait quand même plus simple de pouvoir définir directement le prix avec taxe comprise. Les PNJ ne vendent en principe que sur des marchés publics.
  • Acheteurs : peu de changements pour les acheteurs car ce n’est pas eux qui paient les taxes appliquées par les marchés locaux. Les unités d’une même ressource qui ont été mises en vente se retrouvent au même endroit, comme avant lorsqu’il n’y avait pas de marchés locaux. L’acheteur voit cependant quel est le marché sur lequel le vendeur a choisi de mettre son lot en vente. Il y a donc une possibilité pour l’acheteur d’influencer les échanges et de favoriser l’un ou l’autre marché local, tout en tenant compte du prix de la ressource bien sûr, et de l’identité du vendeur. Les PNJ peuvent acheter sur tous les marchés (publics ou privés) auxquels ils ont accès.

En ce qui concerne le système des ordres d’achat, ce qui change c’est que ce sont les acheteurs potentiels qui choisissent le marché local sur lequel aura éventuellement lieu la transaction. Les vendeurs, eux, ne paient plus que la taxe sur la vente, pas la taxe sur la mise en vente.

L’électricité peut également être vendue, mais cela ne se fait pas sur un marché comme avec les autres ressources : des contrats de vente d’électricité ne peuvent être conclus qu’entre des territoires adjacents (via la page Energie). Pour les territoires insulaires isolés, ces contrats ne sont pas utilisables, ils doivent donc trouver une solution en interne, via une production propre.

Les territoires adjacents peuvent appartenir au même pays ou bien à des pays différents. Un territoire ne peut vendre que de l’électricité qu’il a lui-même produite. Les ventes en cascade sans production propre sont donc impossibles. Et si les contrats d’électricité diminuent la couverture énergétique d’un territoire, alors celui-ci (son pays) en subira les conséquences, les transferts d’électricité étant prioritaires par rapport aux besoins internes.

Si les territoires concernés par un transfert d’électricité appartiennent au même pays, celui-ci peut fixer la quantité, la durée et le prix qu’il veut pour le contrat, dans la limite de la quantité d’électricité produite sur le territoire d’origine de l’électricité. Et il peut annuler ce contrat interne quand il le souhaite.

Si, en revanche, il s’agit d’un transfert entre deux territoires de pays différents, une négociation doublée d’une proposition de contrat sera nécessaire dans le cas d’un PJ, et une simple proposition formelle suffira dans le cas d’un PNJ, pour autant que celui-ci l’accepte au passage du tour. Les PNJ peuvent en effet acheter de l’électricité si des PJ voisins leur proposent des contrats, et cela même si fondamentalement les PNJ ne sont pas impactés par le manque d’électricité. Les contrats de vente d’électricité entre territoires de pays différents (PJ ou PNJ) sont toutefois impossibles à annuler volontairement une fois qu’ils ont été acceptés. Ils sont en revanche annulés automatiquement en cas d’annexion d’un des territoires concernés.

Les contrats d’électricité ne sont pas soumis aux motions onusiennes ou bilatérales.

 


 

Les ressources

  1. Généralités
  2. Où les trouver ?
  3. Exploitation
  4. Couverture des besoins
  5. Achat et vente

Visuel : Dr. Troy. Site : Tak Athtair. Conditions générales d'utilisation - Signaler un contenu illicite
Hébergé par JeuxOnLine, le site des MMORPG, MMO et MOBA. Tous droits réservés.