Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Les ressources - couverture des besoins


Cet article a été initialement rédigé par Melchior2007
et mis à jour le 28 juillet 2014 à 18:11

Les ressources servent en premier lieu à couvrir les besoins de votre pays. Et ces besoins sont de trois types : alimentaires, industriels et en électricité.

Besoins ressources
Couvrir les besoins alimentaires est essentiel pour contenter votre population. Si vous ne le faites pas (suffisamment), votre score politique va subir des baisses plus ou moins fortes. Par contre, si vous le faites, le bénéfice politique sera relativement maigre. Votre peuple considère probablement cette couverture des besoins alimentaires comme allant de soi. Ce qui n’est pas toujours le cas dans la pratique, spécialement pour les pays à forte population, comme l’Inde, la Chine, le Bangladesh, l’Indonésie ou le Pakistan, dont les besoins sont énormes. Ces besoins en ressources alimentaires sont donc fonction de la population, mais augmentent également avec la construction de certaines infrastructures. Pour les pays à faible population, ce sont d’ailleurs ces infrastructures qui occasionneront la majeure partie des besoins en ressources alimentaires.

La couverture des besoins alimentaires a un impact sur le score politique du pays. Jusqu’avant la V12, il fallait au moins atteindre un seuil de 70% de couverture de ces besoins pour éviter d’avoir des pertes de points politiques, et des petits gains pouvaient être enregistrés au-dessus de 80% de couverture.

Depuis la V12, le système de couverture a un peu changé, pour inciter les pays développés à mieux nourrir leur population (ce qui n’est pas illogique, quand on y pense). C’est ainsi que nous avons désormais affaire à un seuil de couverture variable, qui dépend du degré de développement du pays. Ces seuils portent les noms suivants : abondance, moyen, inférieur, disette, catastrophe.

Le degré de développement du pays est la somme des indices suivants : économique + politique + scientifique.

En fonction de ce degré de développement du pays, divers paliers de couverture des besoins alimentaires sont établis, comme l’indique le tableau suivant (cliquez sur l’image pour l’agrandir). Dans ce tableau, le degré de développement du pays est en abscisse, tandis que le pourcentage de couverture des besoins alimentaires se trouve en ordonnée.

En fonction de son degré de développement et de son % de couverture des besoins, chaque pays se retrouve dans l’une des cases de cette matrice. Pour réaliser de légers gains en politique, il faut se trouver dans la zone verte, et si on veut ne pas perdre de points politiques, il faut au moins atteindre la zone jaune.

Mais plus la partie avance, plus les pays se développent, et plus ils se retrouvent vers la droite de la matrice, le défi de couverture des besoins alimentaires devenant de plus en plus difficile, et les gains potentiels de plus en plus minces, tandis que les pénalités dues à une couverture insuffisante augmentent sensiblement. Si on n’y prend garde, c’est la révolution assurée en quelques tours.

Notez qu’on peut très bien s’en sortir juste en consultant la page des Besoins du pays, où le taux de couverture des besoins alimentaires est calculé en temps réel en fonction des ressources disponibles dans les stocks. Cependant, si on cherche à prévoir les besoins futurs (et gouverner c’est prévoir, n’est-ce pas ?), le tableau ci-dessus peut s’avérer utile.

Prenons quelques exemples pour illustrer tout ça. En début de partie, un pays comme la Sierra Leone va avoir un degré de développement de 1800 points (300 en économie + 1000 en politique + 500 en science), pour autant qu’il ne construise encore rien et qu’il ne reçoive pas d’aide jusqu’au passage du tour 5 (cas fort peu probable, mais c’est pour les besoins de l’exemple). Il sera donc dans la 1ère colonne, celle allant de 0 à 1999 points. Si ce pays ne nourrit pas du tout sa population, il sera dans la zone rouge (celle entre 0% et 5% de couverture), et aura donc une perte de 180 points politiques par trimestre : 0 (son taux de couverture alimentaire) moins 60 (le palier d’abondance), multiplié par 3 (à cause de la zone rouge), ça fait bien 180. Si, au contraire, il nourrit sa population tout bien comme il faut, à 100%, il sera dans la zone verte et aura un gain de 20 points politiques par trimestre : (100-60)/2 = 20. S’il nourrit sa population à 33% par exemple, il sera alors dans la zone beige et aura une perte de 13 points politiques : (33-60)/2 = -13.5, arrondi à -13 points.

Si nous prenons maintenant un pays très développé, comme le sont la plupart en fin de partie, à savoir dans la colonne des 14000 points ou plus, voyons ce qui se passe, sachant que le palier d’abondance n’est plus à 60%, mais à 95%. Avec une couverture de 100%, nous sommes toujours dans la zone verte, mais les gains sont minimes : (100-95)/2=2.5, arrondi à 2 points. Si la couverture alimentaire est, au contraire, totalement nulle, c’est la cata, nous sommes dans la zone brune, la pire de toutes : (0-95)x4 = -380 points. Si la couverture alimentaire est partielle, disons à 33% par exemple, nous sommes hélas toujours dans cette fichue zone brune, car les exigences de la population d’un pays développé sont élevées, ce qui fait qu’on se retrouve avec la perte suivante : (33-95)x4 = -248 points. Ce n’est pas négligeable, et il y a intérêt à atteindre rapidement les 80% de couverture alimentaire.

On peut remarquer que les PNJ ne sont pas concernés par ces seuils en besoins alimentaires. Ils ne risquent donc pas de révolution à cause d’une insuffisance en ressources alimentaires.

Depuis la V10, les peuples du Gnooworld ne veulent plus de certaines ressources alimentaires de base, comme le sucre, le cacao et l’arachide. A la place, ils veulent du sucre brun, du chocolat et de l’huile d’arachide, qui sont des ressources transformées. A vous de vous débrouiller pour les satisfaire.

Couvrir les besoins industriels n’a pas d’impact sur le score politique, mais fait diminuer le coût d’entretien des infrastructures présentes dans votre pays. A chaque infrastructure est associé un coût d’entretien trimestriel, ainsi que, souvent, un certain nombre d’unités de diverses ressources industrielles (et/ou alimentaires et, depuis la V9, d’électricité). Ces unités de ressources industrielles sont rassemblées dans un pot commun : la couverture des besoins ne se fait pas pour chaque bâtiment individuellement mais pour tous les bâtiments mis ensemble. En couvrant les besoins en ressources industrielles, on fait diminuer le coût d’entretien total des infrastructures du pays. Ca peut aller jusqu’à éliminer entièrement ce coût, voire à obtenir un bonus. Mais évidemment, ces ressources ont aussi un coût, que ce soit un coût de production ou un coût d’achat sur le marché mondial. Et un coût de stockage.

Il n’y a pas de seuil particulier à atteindre pour la couverture des besoins industriels. Les coûts d’entretien des infrastructures sont couverts proportionnellement au pourcentage de couverture des besoins industriels. Cependant, si la couverture de ces besoins dépasse 80%, un bonus est accordé. Et ce bonus augmente à mesure que vous vous rapprochez de 100%. A 100%, vous recevez un bonus de 1/6 du coût d’entretien total (donc environ 16,7% de ce coût).

Depuis la V9, sont apparus les besoins en électricité. La couverture de ces besoins est essentielle car elle a un impact direct sur le gain lié au score économique du pays. Ces besoins proviennent à la fois de la population et des infrastructures. La construction d’un même type d’infrastructure occasionnera des besoins en électricité plus importants sur des territoires plus peuplés.

Les besoins en électricité provenant des industries sont ceux qui sont renseignés dans la documentation du jeu pour chaque infrastructure. En ce qui concerne les besoins en électricité de la population, ceux-ci se basent sur le degré d’industrialisation du territoire, auquel on applique un effet multiplicateur pour tenir compte de la taille de la population du territoire. Cet effet multiplicateur se calcule en divisant la population du territoire par 1.500.000. Le résultat obtenu est alors arrondi à l’unité inférieure ou supérieure, et on obtient alors cet effet multiplicateur. Les besoins en électricité d’un territoire peuvent donc augmenter simplement par le fait d’une augmentation de la population, sans forcément d’infrastructure supplémentaire.

Si la couverture de ces besoins est de 100% sur chaque territoire, vous recevez la totalité du gain lié au score économique du pays. Si elle est inférieure, un malus proportionnel au pourcentage manquant sur l'ensemble du pays s’applique sur ce gain.

Besoins électricité
La couverture des besoins en électricité se calcule territoire par territoire, pas au niveau national : il n’y a pas de compensation automatique entre les territoires qui produisent plus d’électricité que leurs besoins et ceux qui en produisent moins. S’il y a des territoires qui produisent moins que leurs besoins (et n’importent pas d’électricité de l’extérieur), la proportion de besoins non satisfaits entraînera un malus au niveau du budget. Il est possible qu’en dessous de 25% de couverture des besoins en électricité (tous territoires confondus ?), il y ait un malus en termes de points politiques, mais ça reste à confirmer.

Etant donné que l’électricité « verte » peut s'avérer insuffisante, à long terme, pour couvrir les besoins de vos territoires, vous pourriez être obligé de construire une ou plusieurs centrales, qui consommeront des unités de gaz, charbon, pétrole ou uranium, suivant le type de centrale choisi. On peut remarquer que les besoins en ressources industrielles de ces centrales ne sont plus repris (depuis la V11) dans les besoins en ressources industrielles sur la page des Besoins. Auparavant, le manque de ces ressources particulières se faisait sentir plus fortement, à la fois via les besoins en électricité et les besoins industriels, ce qui n’est plus le cas désormais.

Comment se calcule la couverture des besoins en ressources (hors électricité) ? Le principe de base est le même pour les ressources alimentaires et les ressources industrielles. Les besoins de la population et des infrastructures sont exprimés en unités de chaque ressource. Et chaque ressource se voit attribuer un coefficient. Ce coefficient est différent suivant les ressources, mais ne change pas au cours du temps. Certaines ressources ont un coefficient plus grand que d’autres : ça veut dire que leur satisfaction est primordiale et aura un impact plus grand sur la couverture globale des besoins alimentaires ou industriels. Ces deux besoins sont bien sûr séparés car, comme on l’a vu, leur impact est différent.

Que ce soit pour les besoins alimentaires ou industriels, on additionne les coefficients des ressources, et ce total des coefficients représente les 100% de la couverture des besoins (alimentaires ou industriels, selon le cas). Par exemple, si à un moment donné, vous  observez (sur la page des Besoins en ressources) que votre pays a besoin de café, de chocolat, de céréales, de sucre brun et de viande, en faisant la somme des coefficients de ces ressources, vous arrivez à un total de 9 (les céréales et la viande ont un coefficient de 3, les autres ressources un coefficient de 1). Cela veut dire que si les besoins d’une ressource avec un coefficient de 1 sont entièrement couverts, c’est 1/9 des besoins du pays en ressources alimentaires qui est couvert, càd environ 11%. Le but est de couvrir les besoins alimentaires en suffisance pour éviter si possible de perdre des points politiques, en tenant compte du fait que désormais les seuils à atteindre augmentent avec le développement du pays.

Les céréales et le riz sont des substituts parfaits : on peut remplacer l’un par l’autre sans problème. Même chose pour la viande et le poisson.

Il est intéressant de noter que le nombre d’unités nécessaires pour couvrir les besoins d’une ressource varie suivant les ressources. Certains besoins sont donc plus faciles à couvrir. Si vous avez par exemple besoin de 10 unités d’huile d'arachide et de 20 unités de chocolat, et que les prix sur ces deux marchés sont plus ou moins équivalents, et que vous n’avez pas assez d’argent pour tout acheter, mieux vaut d’abord vous fournir en huile d'arachide : vous aurez ainsi couvert les besoins en huile d'arachide, correspondant à un coefficient de 1, en n’ayant acheté que 10 unités, tandis que si vous aviez choisi le chocolat, il vous aurait fallu en acheter 20 unités, alors que son coefficient n’est également que de 1.

Ce principe est transposable aux besoins industriels, à la différence près qu’il n’y a pas ici de seuil à atteindre. Ce dont il faut en revanche décider c’est de l’opportunité d’acheter ou non certaines ressources sur le marché pour couvrir ses besoins. Le coût de production des ressources n'est pas toujours inférieur au prix auquel elles s’échangent sur le marché. Si vous pouvez produire vous-même certaines ressources de base, il y a à se poser la question de leur rentabilité, qui se pose dans tous les cas pour les ressources transformées, puisque n’importe quel pays peut théoriquement en produire. Si vous devez acheter des ressources sur le marché, il se peut également que le prix soit excessif, et ne soit pas intéressant pour vous. Dans certains cas, acheter des ressources industrielles s’avèrera plus cher que de simplement payer le coût d’entretien de ses infrastructures.

Comment savoir s’il est rentable d’acheter une ressource industrielle donnée ? Tout part là aussi des coefficients. Le total des coefficients des ressources industrielles dont votre pays a besoin correspond à 100% des coûts d’entretien total des infrastructures du pays, qui est visible dans le budget prévisionnel (sur la page des Besoins de votre pays, il y a également un calcul automatique qui est fait et qui vous renseigne quel pourcentage du coût d’entretien total est couvert avec les ressources dont vous disposez dans vos stocks). Pour savoir s’il est intéressant d’acheter des unités d’une ressource industrielle donnée, il faut diviser le coût d’entretien total des infrastructures du pays (que vous trouvez dans le budget) par le total des coefficients de toutes les ressources industrielles nécessaires à votre pays (visibles sur la page des Besoins du pays). Vous obtenez ainsi le coût d’entretien couvert par une ressource ayant un coefficient de 1 (c’est le type de ressource le plus courant ; au besoin, multipliez ce montant par le coefficient de la ressource qui vous intéresse). Il suffit alors de diviser ce coût correspondant à une ressource par le nombre d’unités nécessaires de cette ressource, et de comparer le résultat avec les prix pratiqués sur le marché mondial. Si le prix pratiqué sur le marché est supérieur au coût couvert par une unité de cette ressource, il vaut mieux ne pas en acheter. Ce calcul est à faire pour chaque ressource, et régulièrement, car le coût d’entretien du pays varie dans le temps, de même que le total des coefficients, le nombre d’unités nécessaires pour chaque ressource et les prix sur le marché. S’il vous manque l’une ou l’autre ressource pour atteindre les 100% de couverture des besoins industriels, il faut également tenir compte dans votre calcul du bonus octroyé lorsque la couverture se rapproche ou atteint ces 100%.

On peut noter qu’en début de partie, généralement pendant les 4 premiers tours, les besoins en ressources (y compris en électricité) ne sont pas pris en compte car les budgets sont encore très petits et les investissements dans des infrastructures de production ne sont pas négligeables. C’est à la fin du tour 5 qu’il faut avoir les ressources suffisantes en stock. Il faut bien se rappeler, à ce propos, que ce sont uniquement les unités présentes dans les stocks au passage du tour qui sont prises en compte pour la couverture des besoins, pas celles qui sont en train d’être produites.

Si vous rejoignez une partie en cours après ses 5 tours initiaux, vous n’êtes en principe pas pénalisé à votre tour d’arrivée pour la non couverture des besoins alimentaires et en électricité (la couverture des besoins industriels est, comme on l’a vu, facultative). Mais vous devez vous pencher sur la satisfaction de ces besoins très rapidement, car dès le tour suivant (au 2e passage de tour qui suit votre arrivée), ces besoins sont activés.

Sur les territoires occupés, les besoins en ressources et en électricité incombent au pays occupant. Ca peut être relativement pénalisant si les stocks sont vides et que la population à nourrir est très nombreuse, ou si les infrastructures de production d’électricité sont en nombre insuffisant.

La couverture des besoins en ressources vaut également pour les PNJ, même si ceux-ci n’ont pas toujours l’air de s’en soucier, ce qui offre à certains PJ le prétexte d’aller les « aider ». Cependant, comme dit plus haut, ils n’ont pas de malus politique en cas d’insuffisance de la couverture des besoins alimentaires.

Les PNJ produisent des ressources de base, en vendent et en achètent sur le marché, mais leur logique de gestion des stocks est assez obscure. Les PNJ ne produisent pas de ressources transformées, mais en achètent sur le marché, et peuvent les revendre par la suite.

Pour ce qui est de la couverture énergétique, il faut savoir qu’elle ne concerne pas les PNJ. Ils ne vont donc pas construire de centrales électriques, ni acheter des combustibles (pétrole, gaz, etc…) car ils n’en ont pas besoin. Ils peuvent cependant avoir des besoins en combustibles si ce sont d’anciens PJ qui ont laissé des centrales, mais même dans ce cas-là, les PNJ n’achèteront pas de combustibles. Cependant, les PNJ qui disposent de réserves de combustibles sur leurs territoires les exploitent et les vendent sur les marchés.

 


 

Les ressources

  1. Généralités
  2. Où les trouver ?
  3. Exploitation
  4. Couverture des besoins
  5. Achat et vente

Visuel : Dr. Troy. Site : Tak Athtair. Conditions générales d'utilisation - Signaler un contenu illicite
Hébergé par JeuxOnLine, le site des MMORPG, MMO et MOBA. Tous droits réservés.